Les compétitions gratuites travail crowdsourcing Article Blog Amélie Rimbaud Graphic Designer Interface Direction artistique Nice Alpes-Maritimes

Crowdsourcing, ou la compétition sans rémunération

On voit fleurir depuis plusieurs années maintenant des plateformes qui « ubérisent » les métiers du digital, notamment des Designer graphiques. Un grand nombre de personnes participent à des concours postés par des particuliers et professionnels en toute conscience, sans avoir la garantie de rémunération à la clef.

Une définition

Wikipédia définit le Crowdsourcing en tant que « production participative ».

« L’externalisation ouverte (…), est l’utilisation de la créativité, de l’intelligence et du savoir-faire d’un grand nombre de personnes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur »

Wikipédia

Crowdsourcing, ou concours à truffes ?

Selon l’expression consacré par Marie Julien, cet « attrape-nigaud » devenu très populaire est rentré dans le quotidien des personnesqui souhaitaient se faire la main en tant que junior, particulier incompétant qui se découvre des qualités de graphiste, ou professionnel à la dérive (ça arrive…), sur des sites qui proposent des « concours gratuits ».

Logo de philippe rondepière : compétition égal rémunération
Logo de Philippe Rondepierre

Comment ça marche ?

Petite définition

Ce genre de site invite les personnes (professionnels ou amateurs) à s’inscrire gratuitement à leur plateforme et accéder aux demandes de clients potentiels (le plus souvent des particuliers, petits entrepreneurs ou entreprises malveillantes…).

Ces derniers proposent des briefs qui sont en général très peu détaillés et de mauvaise qualité, sans dire impersonnels puisqu’il est impossible de prendre contact.

Avec ces maigres informations vous devrez vous dépatouiller à mettre en forme un logo ou une illustration, l’envoyer, attendre une potentielle réponse, et être en concurrence directe avec toute la jungle du web.

Dans un premier temps, ça peut paraitre stimulant, l’aspect chronophage prendra vite le dessus et votre égo en prendra pour son grade également.


Pourquoi c’est maaaaal ?

D’un côté, c’est faire du travail spéculatif consciemment et volontairement. Cela dévalorise complètement la profession et fait perdurer certains mythes tenaces.

Le métier tout entier en prend un coup en faisant croire à des particuliers et à des professionnels (entreprises, agences, collectivités…) qu’ils peuvent disposer gratuitement de ressources intellectuelles pour réaliser une multitude de projets.

En bout de course, soit le « Lauréat » gagne une maigre somme, comparé au travail investi, soit il n’y a tout simplement pas de lauréat. Parfois même la personne sélectionnée voit son projet exploité et, « oups », jamais rémunéré !


4 bonnes raisons de ne pas faire du Crowdsourcing

  1. Parce que vous allez perdre du temps, et de l’argent. Et du temps, c’est certain
  2. Parce que vous ne serez pas rémunéré à votre juste valeur, au regard des prestations effectuées
  3. Parce que votre égo en prendra un coup, à être exploité en travaillant gratuitement pour une entreprise sans valeurs ni éthique
  4. Parce qu’à long terme, le métier de créatif est décrédibilisé

Un « vrai » concours, ça existe ?

Selon Christophe Andrieu, un concours graphique vertueux se distingue par le fait qu’il doit :

– ne pas remplacer un appel d’offre ;
– ne pas s’accaparer tous les droits sur les soumissions des candidats ;
– ne pas exploiter commercialement ces mêmes soumissions ;
– justifier son existence par lui-même.

Kit de Survie Dois-je participer aux concours graphiques ?

La devise des Designers graphiques

Le site competitionremuneration.metiers-graphiques.fr réalisé par Christophe Andrieu, Olivier Bergère, Philippe Rondepierre et Vincent Valentin offre une bonne réponse aux question que les graphistes se posent.

Ils propose un manifeste en 8 points :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?