3 points de cadrage pour bien démarrer un projet

3 points de cadrage pour bien démarrer un projet en design graphique

Partir sur de bonnes bases pour se lancer dans un premier projet en design graphique est indispensable pour éviter certains pièges. Voici 3 points de cadrage pour bien démarrer un projet en Design graphique 🙂

Un coup de fil, un mail, un message sur notre réseau social préféré et c’est parti : embarquement immédiat sur un super projet en design graphique. Le sujet semble sympa, et c’est excitant d’être sollicité ! Le cerveau n’attend pas le coup de feu, vous avez déjà en tête plein de possibilités, de concepts, les choses se dessinent devant vos yeux… STOP ! Reprenons nos esprits.

En tant que freelance, établir ses propres règles et définir son cadre de travail est indispensable pour profiter pleinement de ces nouvelles opportunités.

Et ça commence par un Brief en bon et due forme.

Le brief

Un brief est une étape indispensable avant de démarrer un projet en design graphique. Le brief permet de créer du lien et de commencer à tisser cette nouvelle relation professionnelle.

Le brief permet d’approcher le sujet, de comprendre les attentes de ton futur client, ses besoins (ou ceux qu’il croit avoir de son point de vue), de connaitre son histoire, celle de son entreprise, son environnement , le contexte…


Le Cahier des charges

Le cahier des charges représente l’objet formalisé du recueil de besoins de votre client. Il vous servira de base et de cadre pour faire votre devis, et vous vous y référerez tout au long du projet.

C’est un excellent moyen pour ton client de se poser les bonnes questions et de les approfondir, et pour vous, designer, de valider ce qu’on a pu comprendre au brief, réajuster au besoin (et faire valider par le client).

Idéalement, après la phase d’écoute et de questionnement du brief, retranscrivez tout de suite votre entretien dans un début de cahier des charges.

Le but est de récupérer ensuite un cahier des charges complet rédigé de la main de votre client, sans négliger aucun détails, et qu’il le valide ensuite.


Le devis

Avec un cahier des charges rédigé, complet et validé il va être plus simple de rédiger un devis : énumérer les étapes et les tâches du projet en détails !

Attention, le devis n’est pas là pour « faire rentrer » tout ce que le client veut pour son projet (rappelez-vous du cahier des charges plus haut).

Mettez votre casquette de conseiller, et voyez ce qu’il est possible de réaliser par rapport au budget. Voyez aussi si vous pouvez proposer plusieurs formules : une « minimale », une « medium » et une « optimale ». Le client aura le loisir de choisir où placer son budget et pourquoi.

Le devis signé protège le client et le professionnel.

Un devis signé, avec la mention « Lu et approuvé« , fait office de contrat.


La check-list

☞ Acompte versé

Avant de vous hâter, vérifiez si vous avez reçu, en plus du devis signé, l’acompte de démarrage de projet.

Pour éviter un faux départ, je me suis fixée sérieusement la règle suivante :

Un projet commence uniquement au premier versement reçu (l’acompte) et à la première facture d’acompte émise.

C’est une manière de formaliser le contrat. Vous pouvez demander 50% d’acompte, ce qui engage pour de bon votre client.

☞ Éléments réceptionnés

Parallèlement et en écho au Cahier des charges, profitez de ce « temps mort », temps d’attente, pour réceptionner tous les éléments dont vous aurez besoin durant projet :

  • données,
  • accès internet / serveur,
  • textes,
  • images (et droits des images ou décharge d’utilisation sans autorisation des Droits d’auteur),
  • photos (et droits des images ou décharge d’utilisation sans autorisation des Droits d’auteur),
  • vidéos,
  • login pour les comptes de réseaux sociaux,
  • contacts de toutes les personnes nécessaires pour le projet,
  • ect…

☞ Calendrier validé

C’est votre figure de proue pour la vie du projet ! Un des outils de communication indispensables entre vous et le client.

Travailler sur le calendrier permet de s’organiser en amont, d’anticiper certaines tâches dans le calendrier, de quantifier votre travail, le segmenter et mettre des jalons.

En communiquant les dates pour telle ou telle tâche, assigné à telle ou telle personne, tout le monde va s’impliquer et s’investir dans le projet.

C’est important de marcher dans la même direction et au m^me rythme pour que la machine ne s’enraille pas.


Voilà, vous êtes prêt maintenant ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?